Retour au bleu presque immortel

Voilà. Je suis de retour dans le bleu, la couleur immortelle des ombres voyageuses, des vertiges incessants, du pur état de grâce permanent. Quelques mots jetés à la hâte au bord de la route pour les âmes qui se permettront de ramasser les cailloux jetés par les autres.

Se fondre dans le néant, ne pas laisser de traces, rendre ses pas invisibles, jour après jour, heure après heure, ne rien laisser de soi parmi les autres, si ce n’est qu’un souvenir, une ombre fugace, l’impression que rien n’est préhensible et que tout n’a pas autant le caractère d’évidence qu’il devrait avoir. Je ne sais plus qui disait que tendre vers la disparition reste la seule issue dans le monde qui est le nôtre. Continuer la lecture de « Retour au bleu presque immortel »