Bleu presque transparent

Me voici revenu chez moi, dans mon pays, dans ma ville et dans ma maison. Plus le temps passe, plus les choses changent et moins je comprends ni n’admets ces quatre possibilités.
Chez moi ? Chez moi c’est là où je suis. Rien ne saurait attraper suffisamment longtemps ce que je suis pour en faire un chez-moi, moi qui ai passé mon enfance comme un nomade, à dormir là où je pouvais, là où il y avait simplement de quoi s’allonger et parfois se protéger du froid, alors chez moi, ça n’a jamais signifié grand-chose. Continuer la lecture de « Bleu presque transparent »

Bleu de Chine vernissé

A certains moments, je ressens le besoin de bouger, de tressauter, peut-être parce qu’à d’autres moments je suis tellement fondu dans le décor que ce n’est qu’un effet de balancier. Alors hier, j’ai tressauté.
J’ai passé pas mal de temps à lire, à comprendre comment la ville chinoise était construite, pourquoi elle était aussi carrée et était construite sur la base de neuf rues est-ouest et neuf rues nord-sud. Continuer la lecture de « Bleu de Chine vernissé »